Cropinsurance03

Qu’est-ce qu’une semence ? Une semence est la toute petite essence à partir de laquelle toute notre nourriture végétale et céréale pousse. Sans semences, il n’y a pas de vie céréale ou végétale, et par conséquent les semences sont d’une importance primordiale pour la survie et la prospérité de la vie humaine, animale, et végétale. Mais aujourd’hui, la richesse et la diversité des semences, et donc des céréales et végétaux, est sévèrement menacée, mettant en danger la croissance des végétaux et la santé des populations.

L’agriculture traditionnelle et la conservation des semences

Notre Terre est très riche, avec une grande diversité de végétaux et de céréales, et les humains bénéficient de cette variété depuis des millénaires. La diversité des plantes est essentielle à la vie et à la prospérité des humains et des animaux, car nous avons besoin d’une alimentation variée, et au développement écologique. Traditionnellement, l’importance de cette diversité était reconnue et même encouragée. Les agriculteurs faisaient pousser une variété de végétaux et de céréales, et après chaque moisson ils gardaient les meilleures semences, qu’ils semaient ensuite l’année suivante. De cette manière, année après année, une partie d’une récolte était utilisée pour le rendement de la suivante.

Ce système d’agriculture renouvelable assurait une agriculture locale durable, tout en respectant le cycle naturel des plantes, et assurait également – sauf catastrophes naturelles – une certaine sécurité alimentaire. Ce système d’agriculture traditionnel, observable partout dans le monde, était aussi la base d’échanges commerciaux, car les agriculteurs échangeaient souvent leurs semences afin de pouvoir cultiver de nouvelles variétés de plantes. Dans les pays en voie de développement aujourd’hui, l’agriculture renouvelable est essentielle pour la survie des populations pauvres. Mais aujourd’hui, la conservation et la réutilisation des semences sont sévèrement réduites, et la survie des agriculteurs pauvres est menacée.

La menace des monopoles sur les semences

Depuis plusieurs années, de grandes compagnies multinationales telles que Monsanto et Bayer achètent des petites entreprises de semences, créant ainsi un monopole mondial sur la commercialisation des semences : d’après SwissAid, aujourd’hui « deux tiers du marché mondial de semences est contrôlé par seulement 10 compagnies ».(1) Ces sociétés créent également des semences OGM (organismes génétiquement modifiés) qu’elles font ensuite breveter de manière à ce que leur libre conservation et réutilisation d’une année à l’autre soit interdite : les agriculteurs doivent acheter de nouvelles semences pour semer les prochaines récoltes, ou doivent payer une licence les autorisant à réutiliser les semences d’une récolte donnée. De plus, les compagnies multinationales telles que Monsanto, maintenant en contrôle du marché des semences, ont commencé à faire breveter des semences traditionnelles en plus de leurs propres semences OGM, tout en augmentant les prix de ces semences.(1)

D’après Vandana Shiva, une scientifique, environnementaliste, et activiste, ces « monopoles sur les semences créent une forme d’asservissement et de dépendance pour les agriculteurs, qui se retrouvent gravement endettés pour payer les redevances » sur les semences, et en Inde plus de 250 000 petits agriculteurs, de plus en plus endettés, se sont suicidés.(2) En plus de cette catastrophe humaine, maintenant souvent connue sous le nom d’asservissement des semences (« seed enslavement »), les monopoles sur les semences ont donné lieu à des monocultures, ayant pour résultat la mort de plus en plus rapide de la diversité des plantes et récoltes, menaçant la sécurité alimentaire et écologique, sans parler du développement local et de l’agriculture durable.

La désobéissance civile pour la liberté des semences

Face à cette crise, des personnes courageuses commencent à lutter contre les monopoles des semences. L’une de ces personnes est justement Vandana Shiva elle-même, qui « appelle à la désobéissance civile, citant Gandhi qui disait que ‘tant que la superstition que les lois injustes doivent être obéies perdure, l’asservissement perdurera’. »(2) Avec cette philosophie en tête, Vandana Shiva a fondé Navdanya, un mouvement basé en Inde. La vision de Navdanya est que « conserver les semences c’est conserver la biodiversité, conserver la connaissance de la semence et de son utilisation, la conservation de la culture, la conservation de la durabilité ». Ce mouvement mène des campagnes de promotion de la diversité agro écologique et du droit à la conservation et à la réutilisation des semences, et met en œuvre un vaste programme d’agriculture écologique et de conservation des semences en Inde.(3) Vandana Shiva et son travail jouissent d’une reconnaissance internationale, et sont devenus une source d’inspiration et d’espoir pour ceux qui tentent de récupérer les droits des petits agriculteurs et de protéger la biodiversité.

Notes:
(1) http://www.swissaid.ch/fr/Dangereux%20monopoles%20sur%20semences
(2) http://www.theguardian.com/sustainable-business/vandana-shiva-corporate-monopoly-seeds
(3) http://www.navdanya.org/home

Read this article in English

Ils ont aimé :
Mots-clés associés
culture
, agriculture
, developpement durable